Comment traiter le manque de confiance en soi ?
Et comment faire pour la développer ?

« Les gens dès la première tentative, ils veulent avoir la confiance ! Mais il y a un chemin qui est peut-être un petit peu douloureux, que j’appelle un passage obligé qui doit être fait. Et plus on le fait, plus on développe la confiance en soi. »

Introduction, une petite histoire ...

Vous vous baladez dans l’avenue.

Vous vous sentez serein, confiant, plein d’énergie.

Tout à coup, un molosse vous bouscule sur le trottoir et vous insulte parce que vous avez obstrué son passage.
Et là vous ne savez plus comment réagir …

votre confiance a disparu.

 Comment traiter le manque de confiance en soi ?

Car avant tout, la confiance c’est l’état d’esprit dans lequel on se trouve ou, quel que soit la situation ou le challenge auquel on est confronté on se sent serein, confiant et sûr de pouvoir relever le défi.

Il y a quelques années, je postulais pour un emploi de responsable informatique dans une grosse société.

J’avais passé les premiers tests et j’étais sélectionné dans le dernier carré pour un entretien avec le DRH et d’autres responsables.

Je m’étais motivé, j’étais gonflé à bloc avec une confiance de 10 sur 10.

Quand je suis entré dans la salle de réunion, cinq personnes (habillées « mens in black ») m’observaient d’un air sévère et l’une d’entre elles d’une voix grave et solennelle m’a posé la question :

« Qu’est-ce que vous avez à nous dire ? ».

Alors là, « heu, heu… » ma confiance a chuté à 2 sur 10, je ne me rappelle même plus ce que j’ai dit, mais ce qui est sûr c’est que c’était assez nul.

Et à la fin, je n’ai pas réussi à convaincre les personnes présentes.

Cela a généré dans mon esprit le doute, et même de la honte.

Évidemment, je n’ai pas été retenu pour le poste.

Les conséquences du manque de confiance en soi peuvent être dramatiques.

Ainsi, suite à cet entretien il m’a fallu trois mois pour reprendre confiance et continuer mes recherches.

Comme quoi, dans la réalité on a souvent une confiance fluctuante :
Maintenant, c’est le top, mais peut être que dans deux heures on aura perdu une partie de notre confiance.

Quels sont les signes d’un manque de confiance en soi ?

Comment distingue-t-on une personne qui n’a pas confiance en elle ?

  • Elle est timide.
    Elle est timide et souvent très émotive et sensible.
    Parfois, elle rougit face à une situation, elle a souvent du mal à dire non.
    Quelquefois, elle a du mal à regarder les gens en face.

  • Elle se sent coupable.
    Ainsi, la personne s’excuse fréquemment même si ses actions ou paroles sont sans importance.

  • Elle n’arrive pas à dire non.
    La personne n’ose pas s’affirmer et donc elle est souvent bloquée quand il faut dire non à une demande.
    Cette incapacité peut induire une soumission à l’égard de l’autre, et cela peut donner l’occasion à un individu mal intentionnée de profiter de cette situation pour rabaisser la personne, et ainsi renforcer son manque de confiance en elle-même.

  • Elle se sous-estime.
    Une personne souffrant d’un manque de confiance en soi peut avoir l’habitude à se sentir nulle.
    Elle manque d’assurance, de certitude et doute sans arrêt de ses compétences.
    Elle a tendance à se comparer aux autres et cela renforce parfois son sentiment d’infériorité.

Les causes principales d’un manque de confiance en soi.

  • Le sentiment d’infériorité.
    Dans votre enfance, les critiques de vos parents, des professeurs ou de vos camarades vous ont amené à penser que vous n’êtes pas assez fort(e).
    Ces erreurs d’éducation ont fait de vous un être timide sans confiance en lui-même.

  • L’environnement négatif.
    Si vous êtes souvent en contact avec des personnes qui vous critiquent et vous dévalorisent souvent, petit à petit, votre estime de soi va décroitre.

  • Le perfectionnisme excessif.
    En effet, une personne, qui n’est jamais satisfaite de ses actions ou de son travail aura du mal à croire en ses capacités.
    Essayer d’atteindre un trop haut niveau de perfection, c’est s’exposer à un sentiment de frustration.
    En conséquence, la personne va douter de ses aptitudes et elle va se dévaloriser.

  • La non-responsabilisation.
    Se positionner tout le temps en victime et rejeter la responsabilité sur d’autres personnes ou événements extérieurs.
    Vous subissez les événements. Vous faites fi de votre libre arbitre et du pouvoir que vous auriez pu avoir sur les situations.
    Petit à petit, vous devenez incapable de faire vos propres choix.

La confiance en soi, ce n'est pas inné ni automatique.

Acquérir une estime de soi indestructible en vous-même dans un domaine ou dans un autre ne peut pas se faire en un clin d’œil.
Tout changement prend du temps, de l’énergie et de la persévérance.

Ceci s’explique par le fait que changer, c’est apporter une modification dans ses habitudes de vie ; et cela ne peut se faire que progressivement.

Par exemple, il m’a fallu plus de trois ans de travail pour me débarrasser totalement de ma peur de parler en public.
Si je m’étais dit en ce temps-là que je n’aurais besoin que de quelques semaines pour y arriver, je me serais certainement découragé au vu et au su des résultats observés progressivement et lentement.

Les conséquences du manque de confiance en soi, sont parfois terribles.

Quand l’estime de soi est négative, on a peur d’oser, on a peur d’entreprendre.
Qui suis-je moi pour vouloir monter cette affaire ?

On se donne des excuses, on se donne bonne conscience en se disant que notre idée géniale demande trop de ressources…

Et ainsi on gâche sa vie.

«Le monde bouge si vite ces jours-ci que l’être humain, qui dit que cela ne peut être fait, est généralement interpellé par quelqu’un le faisant ».

En effet, à chaque fois qu’une personne désire être, faire et avoir quelque chose, mais n’a pas assez confiance en elle-même et en ses capacités pour passer à l’action, elle découvre tôt ou tard que quelqu’un, dans des conditions pires que la sienne, a réussi à être, faire et avoir cette chose-là.

Si vous l'avez rêvé : Faites le.

"Ma situation ne définit pas qui je suis. Je définis qui je suis !"

Si vous pensez parce que vous êtes infirme, trop vieux, trop jeune… que vous n’avez pas les capacités à réaliser vos rêves, des gens tels que BEETHOVEN
ou bien Démosthène viennent prouver que c’est tout à fait possible.

Peu importe ce que vous désirez être, faire et avoir, des gens, à travers le monde, étaient dans des situations peut-être pires que la vôtre, mais ils ont réussi à réaliser leurs rêves.

La première étape de toute réalisation, c’est d’avoir assez confiance en vous pour décréter que votre rêve est réalisable.

Will SMITH n’a-t’il pas dit : « Ma situation ne définit pas qui je suis. Je définis qui je suis »!

L’exemple le plus fameux qui me revienne à l’esprit est celui de

Thomas EDISON :

Cet homme eut assez d’estime en lui-même pour apprendre tout seul toutes les notions qui firent de lui un grand inventeur.

Ce même homme eut la confiance en soi nécessaire pour, à l’âge de 12 ans, posséder son propre journal hebdomadaire et, à l’âge de 13 ans, disposer de 2000 dollars de gains commerciaux.

Ce même homme eut assez d’estime de soi pour réussir, durant sa vie, à inventer et breveter 1096 produits.

Il eut assez d’assurance en lui-même pour bâtir General Electric, l’un des tout premiers empires industriels et commerciaux du monde.

Un autre homme, dans sa course vers l’acquisition des compétences indispensables à la possession d’une fortune digne de celle de Crésus, se vit refuser une place à la Harvard Business School.

Il perdit l’opportunité de gagner de l’argent avec son premier investissement.

Il se vit refuser un emploi à la GEICO Assurances.

Il investit dans une station TEXACO sans grands résultats ; lui-même dit qu’il ne prit que 12 bonnes décisions parmi le millier qu’il dut prendre.
Mais à chacune de ses erreurs, à chacun de ses obstacles, à chacun de ses problèmes, à chacun de ses échecs, il avait une estime de soi assez haute pour continuer son chemin vers la richesse.

Par ailleurs, il était tellement sûr de sa propre valeur qu’il annonça à l’un de ses amis qu’il deviendrait riche à la trentaine ou se jetterait du haut d’une tour…
En 2008, il devint l’homme le plus riche du monde avec 65 milliards de dollars.

Confirmant la confiance en soi, malgré ses erreurs, obstacles, problèmes et échecs, il dira : «J’ai toujours su que j’allais être riche.
Je n’en ai jamais douté une seule minute ».
Son nom est

Warren BUFFET.

À chaque fois que nous analysons la vie de quelqu’un qui a réussi phénoménalement dans un domaine donné, nous trouvons qu’il avait une très haute estime de soi dans ce domaine.

Une estime que rien ne peut détruire : ni les commentaires négatifs de l’entourage, ni les erreurs, ni les problèmes, ni les obstacles, ni les échecs.

Analysez votre propre vie et vous trouverez que vous avez réussi dans tel ou tel domaine parce que, dès le départ, vous étiez convaincu de ce que vous en aviez les capacités.

Vous aviez une assez haute estime de vous pour penser que ni l’erreur, ni le problème, ni l’obstacle ou l’échec ne pouvaient vous empêcher de parvenir à vos fins, n’est-ce pas ?

Le plus intéressant à noter, ce n’est pas que vous possédiez, dès le départ, toutes les ressources indispensables à votre succès, n’est-ce pas ?
C’est plutôt que vous aviez une assez haute estime de vous-même pour penser que vous en disposeriez bientôt.

Vous pensiez que vous étiez assez fort pour réussir dans ce domaine parce que vous en aviez la graine, le potentiel ; et vous étiez sûr qu’un jour, cette graine deviendrait un arbre majestueux solidement enraciné.

Si vous voulez connaître le moyen le plus facile, le plus rapide et le plus efficace d’y arriver, je vous dirai que c’est l’amour de vous-même.

Pourquoi ?

Parce que plus vous vous aimerez vous-même, plus vous augmenterez votre confiance en vous dans de nombreux domaines très divers, et plus vous y réussirez.

À chaque fois que vous ressentirez des doutes ou de la peur dans un domaine donné, la confiance en votre valeur intrinsèque restera intacte.

Lorsque vous aimez quelqu’un, vous pensez qu’il mérite tout votre amour.
Vous pensez qu’il mérite le meilleur dans la vie.
Vous pensez qu’il a du potentiel.
Vous pensez que ses erreurs et échecs ne sont pas graves.

Vous voulez l’aider à résoudre ses problèmes et à briser ses obstacles.

Vous savez que vous serez toujours là pour lui ou elle.
Vous le lui dites d’ailleurs très souvent.
Quand vous aimez quelqu’un, vous lui pardonnez ce qu’il fait mal.
Quand vous aimez quelqu’un, vous l’encouragez même quand cette personne traverse une mauvaise passe.

Quand vous aimez quelqu’un, vous voyez en lui plus de qualités que de défauts.

Quand vous aimez quelqu’un, vous avez envie de lui dire «Je t’aime » ;
et vous posez des actes qui démontrent cet amour.

Alors, pourquoi ne pas commencer par vous-même ?

Pourquoi ne pas vous aimer vous-même ?
Pourquoi ne pas faire tout ceci pour vous-même d’abord ?

Comment traiter le manque de confiance en soi :
Le grand ennemi de la confiance.

Comment traiter le manque de confiance en soi

Combien de personnes ont échoué pour avoir écouté leurs doutes alors qu’elles étaient proches du succès?

Combien de carrières ont été paralysées, alors que les personnes étaient parfaitement au poste visé simplement parce que le doute qui les habitait leur faisait croire le contraire?

Comment atteindre un objectif si l’on doute constamment de pouvoir y arriver ?

Comment gagner la confiance d’une autre personne, quand on est soi-même dans le doute ?

Le doute et la peur sont les ennemis de la réussite, ils détruisent la confiance en soi, interdisent l’initiative.
Un sage disait « La peur n’arrête pas le danger » et je dirais même plus la peur crée le danger.

La personne qui n’a pas confiance en elle doute constamment de pouvoir réaliser ses rêves.
Elle est obnubilée par le regard des autres, de leurs approbations ou désapprobations.
Elle a du mal à observer par elle-même si sa manière de penser ou d’agir est appropriée ou non.
Elle se demande souvent si elle a bien fait ou mal fait.
Elle se juge et se compare en permanence.
La personne qui doute a constamment le regard fixé sur ce qui risque d’arriver si elle entreprend quoi que ce soit.
La plus petite excuse deviendra un alibi pour abandonner ce qu’elle devait réaliser.

Comment faire pour se libérer du doute ?

Parler à son banquier avec confiance.
Se libérer du doute : Parler à son banquier en toute confiance.

Comment traiter le manque de confiance en soi ? Hé bien éliminez la peur et le doute et vous aurez fait 90% du chemin.

En premier lieu, comprenez que le doute est juste un état d’esprit à un moment donné.

Un jour étant assez déprimé et pris par le doute parce que je n’avançais pas dans un de mes projets, un de mes mentors m’a dit la phrase suivante :

« Va au supermarché et ramène-moi cinq kilos de doutes ».

J’ai compris alors que cette émotion (comme tant d’autres d’ailleurs) n’a pas d’existence réelle.

C’est notre appréciation d’une situation ou d’une circonstance qui génère la peur et non l’objet de notre perception.

La meilleure chose à faire, c’est de vous préparer mentalement puis d’oser passer à l’action.

Un jour quand j’étais jeune technicien, mon patron est tombé malade et il devait effectuer une prestation de formation la semaine suivante.

Il me téléphone le dimanche soir en me demandant de le remplacer.

Je ne connaissais pas du tout le logiciel que j’étais censé enseigner.

De plus, à cette époque j’étais timide et j’avais beaucoup de mal à parler en public.
Bref, j’avais une trouille bleue.

Comme je n’avais pas le choix, j’ai étudié le logiciel toute la nuit du dimanche au lundi et j’ai fait ma première expérience de formateur pendant une semaine complète.

Ce n’était pas terrible, mais je n’ai pas eu de trop mauvaises appréciations.
Je remercie encore mentalement ces anciens élèves pour leurs compassions.

Cependant, cette expérience m’a permis de prendre conscience que je pouvais le faire.

Cela m’a donc mis en confiance et depuis je pratique couramment en tant que formateur. 

Comment réagir face aux événements qui sapent la confiance ?

Je parle ici des critiques et accusations non recevables qui cherchent à vous culpabiliser , à vous faire douter de vous-même ou à vous manipuler.

Par exemple :
« C’est de ta faute si je ne suis pas arrivé à … »
ou « je n’aurais pas dû t’écouter … »

ou « Qu’est-ce que tu as encore fait pour … »,
ou « Je ne trouve plus ce truc machin chose, je suis sûr(e) que tu l’as encore jeté à la poubelle  »  etc …

La meilleure chose à faire dans ces cas-là, c’est de se souvenir du deuxième accord toltèque.

« N’en faites pas une affaire personnelle. »

Il y a quelques années, j’étais hypersensible à la critique, et cela me perturbait énormément.

Mais un jour dans une émission de télévision Francis Lalanne qui répondait à une question d’un journaliste sur une critique a dit :

« Le regard des autres ça les regarde. »

Cette phrase qui rejoint le deuxième accord toltèque est désormais incrustée dans mon esprit.

Donc quand quelqu’un émet une accusation ou une observation par rapport à ma façon d’agir ou de parler je me dis : 
« C’est sa pensée, cela lui appartient, mais ça ne me concerne pas. »

En effet, nous avons tous notre propre perception de la réalité, et cette opinion résulte d’une éducation, d’une culture et peut-être même de gènes.

Ainsi, la perception des autres est souvent différente de notre propre perception.

Donc, dans les cas de critiques injustifiées ayez cela en tête, ne jugez pas, ne commentez pas et si la critique demande une réponse répondez simplement : « C’est ce que tu penses, je comprends, mais cela t’appartient. »

Enfin, pour augmenter la confiance en soi dans un domaine, il est primordial d’augmenter votre expérience et vos compétences.

Pour cela,  je vous conseille de regarder cette vidéo de Martin Latulippe.

Vous avez apprécié cet article ?

Si c’est le cas, je vous demande un petit service qui ne vous prendra que quelques secondes. Partagez-le sur votre réseau préféré avec un des boutons ci-dessous.

Merci d’avance.

Vous pouvez également laisser un commentaire (en descendant plus bas sur cette page), c’est avec grand plaisir que je vous lirais.

À votre réussite…

Jean-Paul RIVES

 
 
 
 

Cet article a été publié en premier sur le site : azl.mysoftcompagnon.fr

Share:

Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On Key

Related Posts

les objectifs SMART spécifiques

Les objectifs SMART 

L’autre jour, pour l’aider à piloter son projet, je demandais à Louis ses objectifs principaux du mois.
Et évidemment, comme souvent quand je pose cette question, la réponse c’est du caca en tranche !
Pourtant je lui avais déjà couché sur le tapis la théorie sur les objectifs SMART.

Parfois, ça me fatigue…

Vos premiers clients en freelance

5 conseils pour trouver ses premiers clients en Freelance 

5 conseils pour trouver ses premiers clients en Freelance   Le travail en freelance est un travail qui attire de plus en plus de personnes. Ce travail offre une grande liberté et permet d’acquérir plus de clients.Si vous débutez dans ce domaine et que vous cherchez vos premiers clients, alors cet article est pour vous. Lisez-le

homme débordé dans son travail

5 astuces testées pour gérer le stress en tant que freelance

5 astuces testées pour gérer le stress en tant que freelance Être constamment stressé et angoissé n’est pas bien ni pour votre santé physique ni pour votre santé mentale.  Contrairement à de nombreuses idées préconçues, la vie de travailleur indépendant n’est pas que belle. En effet, il y a toujours le stress de trouver des

création micro-entreprise problème échéance

Créer sa micro-entreprise : 9 erreurs à éviter.

Mon ami Albert a créé son activité d’auto-entrepreneur micro-entrepreneur en 2020.
10 mois plus tard, il a jeté l’éponge.
Pourquoi ?
Ici, on va voir ensemble les erreurs commises et que trop de micro-entrepreneurs font encore lorsqu’ils créent leur micro-entreprise que ce soit en ligne comme dans l’économie traditionnelle.

Retour haut de page

Télécharger gratuitement mon nouveau Livre :

«Les 7 piliers essentiels pour la réussite de votre projet !

réussir votre activité de freelance
error: Alert: Ce contenu n'est pas libre de droit !