La fatigue et la procrastination

La procrastination : comment faire pour arrêter de procrastiner.

9 CLÉS POUR VAINCRE LA PROCRASTINATION ET ARRÊTER DE TOUT REMETTRE AU LENDEMAIN.

Jean-Paul RIVES : c'est encore moi
par jean-Paul RIVES

Quand je commence à écrire cet article, on est mardi et il est 3 heures du matin. Ce Week-end, on a reçu des amis, et dans une ambiance festive on a tous bien mangé et bien rigolé. Cependant, j’ai un peu trop abusé de l’excellent vin rouge que l’on avait sorti pour l’occasion et des cigares offerts par mon ami. Lundi matin comme d’habitude, je me lève à 7 heures. Mon corps n’étant pas habitué à ces excès, passablement fatigué, la tête dans le coltar, j’en ai même oublié de déjeuner. Après la toilette et une bonne douche, cela allait un peu mieux. Comme d’habitude, je lance AURELIS qui m’indique ce que je dois faire aujourd’hui.

Dans ma check-list, il y avait deux objectifs :
   – 1 Écrire cet article sur la procrastination.
   – 2 Continuer une formation sur un langage de programmation.

Je décide de commencer par écrire mon article. Cependant, je me sentais fatigué et peu inspiré.
Dans un premier temps, je vais consulter sur mon PC toutes les notes enregistrées concernant la procrastination.
En naviguant dans mes dossiers, je vois aussi des articles intéressants concernant WordPress et des liens sur des tutos que je n’avais pas encore regardés.
Je regarde donc quelques tutos YouTube concernant les sites WordPress. Ensuite, je fais quelques recherches sur internet pour voir ce que d’autres disent concernant la procrastination. Tout à coup, une alarme sur mon téléphone m’indique qu’il est 11 heures (je n’ai toujours rien fait de concret).
« Il faut arrêter de procrastiner », me dis-je …
Mais, comme je n’ai pas encore regardé mes emails, j’ouvre mon application (Thunderbird) pour voir les messages reçus.
Je passe quelques minutes à supprimer tout ce qui ne m’intéresse pas. Je traite rapidement les courriels administratifs et un message d’un client. Ensuite, étant attiré par un email d’un blogueur que je suis, je regarde une vidéo sur une extension WordPress que j’utilise (Elementor).

Il est 13 Heures, ma compagne s’impatiente
– « ça va refroidir ! tu exagères ! »
et donc je descends (mon bureau étant à l’étage) pour le déjeuner.
Ma compagne
– « Mais qu’est-ce que tu faisais, le repas est froid »
Moi
– « J’ai recherché des informations sur internet pour un article… »
– « Et j’avais un problème urgent à résoudre chez un client » (menteur).

Avec l’expérience, je ne me voile pas la face et je sais que quand je procrastine, je culpabilise un peu et donc je me donne toujours de bonnes raisons pour avoir bonne conscience.

En fait, je viens de décrire ci-dessus la pire des procrastinations. Car il y a des gens qui dans le même contexte ne réalisent même pas qu’ils procrastinent.

Qu’ai-je effectué durant cette matinée ?
J’ai occupé mon temps en me donnant l’impression d’avoir travaillé.

« Puisqu’on ne doit remettre au lendemain ce qu’on doit faire le jour même, on peut dire que le lendemain ne sert vraiment à rien. »

Pierre Dac et Francis Blanche

Les causes de la procrastination

La fatigue et la paresse.

Dans l’histoire de mon lundi, la première cause évidente, c’est la fatigue.
Quand on est fatigué, on est enclin à buller (la paresse) notre cerveau nous dit :
« repose-toi, ce n’est pas urgent, tu feras ça demain… ».
Donc le mieux dans ce cas-là pour arrêter de procrastiner, c’est sans doute de se reposer. Ainsi on récupère de l’énergie qui sera utile pour les jours suivants (dans le cas on on estime que le lendemain sert toujours à quelque chose ?)

Le manque de motivation par rapport au travail à réaliser.

La fatigue et la procrastination

La deuxième cause c’est le peu d’intérêt par rapport à une tâche.

Notre cortex émet de la résistance et là on irait bien faire un petit tour sur internet ou dans nos e-mails.

Notre cerveau médian va vous dire « c’est bien aussi de procrastiner. Cela génère de la dopamine »…

 

Honnêtement, cet article que je suis en train d’écrire sur la procrastination, cela ne me passionne pas trop. Mais comme une partie de mon Blog est basé sur la gestion du temps, il est important que j’en parle et que j’apporte mon sentiment et mes solutions sur cette maladie. Donc en fait, lundi j’avais décidé de commencer par écrire cet article, mais le manque de motivation en plus de la fatigue a fait que j’ai perdu les 5 heures de travail de ma matinée.

Les oppositions à l’accomplissement de certaines actions sont tout à fait normales. Pour notre esprit, c’est une stratégie de survie et il va toujours réagir pour nous éviter une souffrance imaginaire ou réelle. Voilà pourquoi, nous résistons quand nous disons, « je vais faire une heure de footing le dimanche ».

Personnellement, dès que je dois mettre à jour ma comptabilité et diverses tâches administratives, j’ai du mal à m’y mettre et même si aujourd’hui j’ai limité au maximum ma procrastination, j’ai tendance à effectuer autre chose en remplacement (écrire un article, optimiser un de mes logiciels…).
Mais ce n’est pas une bonne méthode, car je me retrouve parfois avec un tas de paperasses à régler et cela me prend la tête. Il vaut mieux se dégager l’esprit de tout ce qui peut l’encombrer au fur et à mesure.

La maladie du 21ème siècle.

Gestion du temps et des priorités au travail
Trop d'informations à gérer, tiraillée par les pressions extérieures, vous avez l'impression de ne plus avancer.

Je parle de maladie du siècle, car je suis persuadé que l’arrivée d’internet, des emails des smartphones connectés… a nettement amplifié ce syndrome.
En effet, il y a 20 ans, quand on avait fini un travail, on cherchait dans son agenda ou dans sa check-list de la semaine le prochain travail à effectuer. On n’avait pas cette possibilité de se sentir occuper « je fais de R&D » (recherche et développement) tout en ne faisant rien. Il est vrai que parfois on prenait un manuel ou on lisait un article sur un journal, mais cela était assez rare. Donc les gens consciencieux pour ne pas s’ennuyer attaquaient un autre travail.

Le manque de confiance.

« La procrastination résulte en partie d’un manque de confiance en notre capacité de réussir »

Le manque de confiance en ses propres capacités nous amène à douter de notre réussite dans tel ou tel projet. Et ce doute engendre souvent de la procrastination. On va chercher sur internet un tas d’informations sur le problème à traiter, on va peut-être acheter une nouvelle formation ou assister à une conférence sur le sujet, car on ne se sent pas capable. Et comme on ne se sent pas capable, on n’agit pas et comme cela n’avance pas on cherche encore de nouvelles solutions sur internet. Cela amène une émotion frustrante et culpabilisante qui renforce parfois ce sentiment d’incapacité. C’est une spirale négative qui parfois, petit à petit nous amène à abandonner un projet qui nous tenait à cœur.

Le manque de discipline.

développer ses compétences

Le matin à 9 heures, vous vous installez à votre bureau, vous avez en tête certaines actions à effectuer, mais inconsciemment il y a quelque chose qui vous titille. Vous vous connectez à internet, vos regardez les notifications sur votre réseau favori.
Puis comme c’est plus facile de cliquer sur un logiciel que de travailler, vous cliquez sur l’ouverture de votre boîte e-mail. Là apparaissent plein de messages avec des titres fascinants qui attirent votre curiosité :
« 60 % de soldes ».
« Devenez riche en moins de 60 jours »
« Les 7 secrets de la réussite »
« le webinaire qui changera votre vie »
Tous ces messages sont particulièrement bien optimisés pour attirer votre attention.
Et hop, vous cliquez sur un ou deux e-mails pour consulter les contenus qui vous envoient sur une vidéo ou un webinaire…
Cela me fait penser à une stratégie que j’appliquais lorsque je pratiquais la chasse sous-marine.
Pour attirer les poissons, on plonge lentement à une certaine profondeur, puis on se cache derrière un rocher et l’on attend en laissant partir des petites bulles d’air.
Ainsi on titille la curiosité des poissons qui souvent s’approchent pour voir d’où viennent les bulles.
Quand ils sont à portée de tir, c’est trop tard pour eux.
Cette stratégie s’appelle l’agachon.
Donc vous êtes agachoné(e) par 2 ou 3 de ces e-mails et à 11 heures vous vous apercevez que vous n’avez rien entrepris de positif concernant votre projet en cours.
Vos meilleures heures ont été dilapidées par les objectifs des autres.
Des études scientifiques démontrent que nous sommes inconsciemment influencés, par diverses formes de communication prévues pour générer une dépendance.
Cette nouvelle science appelée « Captologie » est appliquée aujourd’hui sur la plupart des réseaux sociaux.
Je vous conseille cet excellent article qui explique comment on crée une dépendance à internet et aux réseaux grâce à cette nouvelle science « la psychologie cognitive ».

Le manque de plan et d’organisation.

Si votre projet est complexe et qu’il n’a pas été détaillé et défini clairement. Vous aurez tendance à aller chercher des informations sur Google ou autres et ainsi à procrastiner et perdre beaucoup de votre temps.
Pour arrêter de procrastiner, faites-vous confiance et commencez par clarifier votre projet.
Découpez votre projet en étapes puis découpez les étapes en actions et ensuite éventuellement découpez ces actions en sous-tâches.
Ainsi au dernier niveau le travail à faire parait beaucoup plus facile et donc on agit, on avance.
Un pas après l’autre on progresse et l’on finit par arriver au sommet.
Mais si le chemin n’est pas bien tracé au départ ou n’est pas clair dans notre esprit, on ne pourra pas progresser.
Dans la solution AURELIS, la partie « Gestion de projets » vous permettra de clarifier facilement votre projet.
Par exemple, il y a quelques mois, je devais réparer une grosse fissure sur ma piscine.
Donc avec AURELIS pour mon projet « RÉNOVATION PISCINE » j’avais créé une tâche « RÉPARATION FISSURE ». Le problème, comme la description de cette tâche était trop floue, j’ai eu du mal à me mettre au travail. (Quand ce n’est pas clair, cela engendre souvent de la procrastination.)
De plus, je ne disposais que 2 heures par jour.
J’ai donc modifié le nombre de jours de la tâche, et j’ai rempli le tableau des sous-tâches ci-dessous.

planning détaillé des tâches à effectuer.

Avec ce plan, la réalisation a été beaucoup plus facile.

9 méthodes pour arrêter de procrastiner.

1– Coupez la tête aux éléments perturbateurs.

arrêter de procrastiner

Tous les jours, vous recevez des incitations pour vous défocaliser. Le but de la publicité, des e-mails est d’attirer votre attention. 

Un sujet de courriel bien réalisé attire votre curiosité et comme le contenu vous intéresse, votre cerveau vous dit « oh, on va juste jeter un coup d’œil sur le site » et ainsi, au final vous avez perdu 20 minutes ou une heure.
Une solution évidente pour arrêter de procrastiner consiste à se désinscrire d’un maximum d’adresses électroniques qui ne vous apporte pas grand-chose.
Cependant, il est vrai que pour des sujets qui vous intéressent, vous souhaitez continuer à recevoir de l’information.
Dans ce cas-là personnellement j’utilise la messagerie Thunderbird, car elle permet de créer des filtres automatiques.
Avec cette messagerie, j’ai créé plusieurs dossiers et notamment, un dossier « Procrastination ».
Tous les messages non essentiels, mais qui concernent un sujet qui m’intéresse sont envoyés automatiquement dans ce dossier.
Quand j’ai un peu de temps libre, je parcours les contenus en mode lecture rapide. Généralement, j’élimine presque 90 % de ces e-mails. Ensuite soit je prends le temps nécessaire pour parcourir ce qui me semble intéressant, je classe les courriels à étudier dans un autre dossier que je consulterais plus tard et je supprime le reste.
J’envisage d’écrire un article complet sur une stratégie d’organisation des emails.
Il y a trois ans, je passais en moyenne 7 heures par semaine à traiter mes emails. Aujourd’hui, j’ai réduit ce temps à 3 heures par semaine.

2– S’observer.

Observer ses pensées

La résistance de notre cerveau est souvent la conséquence des causes inconscientes. Si malgré votre motivation vous avez toujours tendance à procrastiner.
Observez-vous et essayez d’analyser le pourquoi de ce blocage.
    – La fatigue (votre santé).
    – La peur de développer une compétence (efforts à fournir)
    – La peur du regard des autres.
    – La peur de réussir
    – La peur de l’échec…

3– Mettre notre cerveau en veille.

je suis assez allergique aux tâches administratives.
Et, quand une tâche est rébarbative, j’ai tendance à procrastiner.
La solution que j’ai trouvée, c’est de déléguer en partie certaines tâches (la comptabilité) et de réserver une plage horaire dans la semaine (dans mon organisation, c’est 2 heures en début de matinée le vendredi) pour effectuer ce travail assez repoussant pour moi.
Pour arrêter de procrastiner, le vendredi matin, je mets mon cerveau en veille et j’attaque l’administratif.
Le plus important c’est l’effort des 5 premières minutes, une fois que l’on a mis le train en marche et que l’on a stoppé le maximum d’interruptions (notifications des e-mails et autres logiciels) c’est beaucoup plus facile.

4– Mettre en place une organisation permettant de s’autodiscipliner et d'arrêter de procrastiner.

Le logiciel AURELIS a été conçu à partir des méthodes expliquées ci-dessous.
Ces méthodes permettent de s’autodiscipliner et donc d’éviter les pertes de temps et la procrastination.

La méthode Kanban

Inventé par Monsieur Taiichi Ohno pour le groupe Toyota, l’élément le plus important de cette méthode est de se concentrer sur un seul ouvrage à exécuter.
Ce système réduit les pensées parasites, car vous restez focalisé sur votre action en cours.
La méthode est simple :
– 1 Visualiser le flux des travaux à exécuter.
(tableau du planning journalier AURELIS)

Planification des taches

– 2 Choisir un travail qui devient la tâche en cours et sur lequel on va se concentrer durant un temps déterminé.
Avec AURELIS cliquez sur le bouton <Démarrer>.

démarrer une tâche

– 3 Quand la tâche est terminée, positionnez là dans la table des travaux terminés.
Avec AURELIS, cliquez sur le bouton fin de tâche et automatiquement, les tâches accomplies sont mises en bas du tableau en couleur verte.

Sablier indiquant une fin de tâche

– 4 Visualiser les éléments effectués.
C’est motivant de visualiser au fur et à mesure tout ce qui est réalisé dans la journée.
Pour appliquer cette méthode, dans le planning journalier AURELIS, vous pouvez classer vos actions par objectif, niveau d’importance et niveau d’urgence. Une fois le tableau classé, prenez et réalisez la première tâche affichée à l’écran sans vous poser d’autres questions.
Une fois la tâche réalisée, cliquez sur le bouton <fin de tâche> et elle apparaît en vert au fond de votre tableau.

La méthode Pomodoro

La méthodologie Pomodoro inventée par Francesco Cirillo consiste à travailler sur une tâche pendant un temps déterminé et ensuite prendre une pause pendant quelques minutes. Cette tactique augmente votre efficacité, car la productivité tend à décroître dans le temps si l’on ne s’arrête pas. Elle vous incite également, à œuvrer de manière concentrée durant un temps défini.
Francisco Cirillo préconise des séquences comportant 25 minutes de travail et 5 minutes de pause.
Comme pour la méthode Kanban cette stratégie exige de la discipline et donc évite la procrastination.

La méthode AURELIS.

Un condensé de plusieurs méthodes, AURELIS vous permet d’avancer beaucoup plus rapidement vers vos objectifs.
Voici les étapes à suivre :
En début de semaine (ou le week-end si possible), vous définissez votre planning de la semaine à venir.
Si vous avez bien programmé vos tâches récurrentes, ce planning hebdomadaire vous prendra 30 minutes à une heure maximum.
Dans les travaux à planifier, il y a 3 éléments primordiaux.
La notion d’objectif, la notion d’importance de la tâche et la notion d’urgence.
Dans le descriptif de chaque tâche, un module I.A. vous aide par différentes questions à évaluer les niveaux d’importance et d’urgence de la tâche.
Ainsi chaque jour, vous allez vous mettre devant votre PC et dans le planning journalier apparaît le flux de tâches à réaliser avec en priorité les tâches notées en tant qu’objectifs puis les plus importantes et urgentes.
Ainsi, au lieu de vous dire « que vais-je faire maintenant » vous n’avez plus à vous posé de questions, vous décidez de travailler directement sur la première action prioritaire.
Vous avez toutes les informations en un seul endroit, car à chaque tâche vous pouvez associer des liens sur d’autres fichiers ou blogs ou vidéos…

5– La motivation.

Si vos aspirations correspondent à un désir brulant bien clair dans votre tête, vous aurez beaucoup moins tendance à procrastiner, car vous serez hyper motivé pour réaliser vos objectifs.
Votre désir est le point de départ de votre future réalisation. Mais faites ATTENTION à ce que votre désir ne se transforme pas en obsession. Car dans ce cas là vous êtes amenés à négliger les autres aspects de votre vie (famille, loisirs, joie de vivre).
De plus, si vous êtes uniquement focalisé sur un objectif, vous risquez de négliger les processus et étapes qui vont vous permettre petit à petit d’avancer et ensuite d’atteindre votre but.

« Celui qui pense trop à la victoire a déjà perdu »

6– Passer à l’action.

Trouver une solution ou une excuse

Les 5 premières minutes sont très importantes, car quand vous lancez votre action avec succès, cela envoie un signal positif à votre cerveau.
Bien que j’en éprouve du plaisir, j’ai du mal à me motiver pour aller faire mes 2 footings par semaine.
Pour effectuer cela, je mets mon cerveau en veille le temps de mettre mes baskets et ma tenue et ensuite cela va tout seul.
Agir nous fait nous sentir bien, car on se sent avancer et ainsi progresser.
L’action même si elle est imparfaite nous fait rentrer dans une spirale progressive.
Par contre, il faut porter une grande attention aux actions que vous entreprenez. En effet, on a parfois tendance à effectuer des travaux futiles pour éviter d’attaquer des tâches difficiles, mais importantes.
On a alors l’impression d’être productif, mais on passe à côté de ce qui compte vraiment. C’est la forme la plus vicieuse de la procrastination.

7– La conscience de la valeur du temps.

On a parfois tendance à penser que le temps est une ressource abondante.
Donc quand on a l’impression que l’on a tout notre temps pour effectuer un travail, on procrastine.
C’est pour cela que parfois on remet au lendemain ce que l’on aurait pu faire aujourd’hui.
La solution, c’est de prendre conscience du temps et d’accorder de la valeur à ce temps.
Dans la solution AURELIS, on accorde à une tâche un temps prévu dans la journée, quand on démarre l’action, on peut enclencher un chrono et cela générera une alarme en fin du temps prévue.
Exemple, vous voulez limiter le temps passé à consulter vos emails. Vous prévoyez 20 minutes et quand la durée est dépassée l’alarme se déclenche. Cela émet un signal à votre cerveau. Donc, vous vous arrêtez et vous vous observez. Ainsi souvent on s’aperçoit que l’on ne fait rien d’important et on arrête cette activité qui enclenche souvent de la procrastination.

On a souvent tendance à mésestimer l’estimation du temps nécessaire à une action et comme la tâche parait plus difficile au fur et à mesure de son accomplissement cela renforce la tendance à procrastiner.
Sur le blog « Psychologies », vous trouverez un article intéressant sur la procrastination et l’estimation du temps.

8– Planifiez et priorisez vos travaux.

Planifiez et priorisez vos travaux

Le fait d’arriver le matin dans votre bureau et de n’avoir pas une idée concrète et définie du travail que vous devez réaliser va être un déclencheur de procrastination.
En effet quand on ne sait précisément sur quoi on va travailler, c’est compliqué pour notre cerveau et comme notre cerveau médian aime les tâches faciles et attrayantes il va nous inciter à aller voir nos emails ou une vidéo sur YouTube.
Personnellement le week-end sur AURELIS j’établis un planning complet de ma semaine avec mes 3 objectifs principaux de la semaine et au moins un objectif par jour. Quand j’allume mon ordinateur, la tâche principale que j’ai prévu de réaliser s’affiche en premier sur mon planning journalier.

9– Rendre la tâche attrayante.

Il y a des tâches que l’on a du mal à commencer, car elles nous rebutent. Donc on a tendance à les remettre au lendemain.
Quand votre tâche est facile et attrayante, vous vous y mettez rapidement et avec entrain donc vous ne procrastinez pas.
Donc pour arrêter de procrastiner, on va essayer de les rendre plus attrayantes.
Pour cela, on va analyser 2 points essentiels.
1– Le travail doit être facile à commencer.
2– Le résultat de ce travail est motivant.
Par exemple : chaque mois, je dois effectuer la facturation de mes clients qui ont un contrat d’assistance logiciel et au début je pinaillais et je prenais du retard.
Concernant le point 2, c’est une évidence le résultat est motivant, car si je ne facture pas mon banquier me rappellera à l’ordre.
Pour améliorer le point 1, j’ai créé sur mon logiciel de facturation un système d’automatisation qui me permet de générer et d’envoyer toutes mes factures en 20 minutes. Comme c’est facile, cela ne me pose plus de problème.

En conclusion.

Si vous passez 2 à 3 heures par jour en consultation de vos e-mails inutiles ou en regardant des messages rigolos sur Whatsapp, Facebook, twitter…
Si vous dépensez également du temps avec votre smartphone sur des jeux vidéos.
Si vous êtes passionné par les séries Netflix et votre esprit est attiré comme un aimant par l’écran de votre téléviseur.
Vous devenez petit à petit un poisson rouge.
Voir ici un extrait du livre de Bruno Patini
« La civilisation du poisson rouge »

Calculez maintenant votre temps perdu sur une année.
Quel projet fabuleux ou quelle avancée dans votre vie auriez-vous pu réaliser avec tout ce temps disponible ?
Au présent, on ne se rend pas toujours compte du coût de la procrastination, c’est surtout dans le futur qu’on le réalise.
Si je m’étais pris en main pour arrêter de procrastiner qu’est-ce que j’aurais fait en plus dans ma vie ?
Je vous laisse méditer là-dessus…

just do it

Merci de partager si vous avez aimé cet article.
Vous pouvez également laisser un commentaire (en descendant plus bas sur cette page), c’est avec grand plaisir que je vous lirais.

Jean-Paul RIVES

 
 
 
 

Share:

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

On Key

Related Posts

Développer ses compétences

Les 9 clés pour développer ses compétences

Chercher à s’accomplir est la quête la plus prometteuse, car cela a un impact constant et persistant sur les autres aspects de votre vie.
Personne ne naît champion ou musicien.
Au départ, Michael Jordan a été rejeté dans l’équipe de basket de son lycée. Il a dû surmonter plusieurs échecs et travailler pour réussir.

Retour haut de page

Un cadeau pour vous

Les 4 piliers de la réussite. 43 pages de contenu à forte valeur